L'annuaire des séries télé visionnables en streaming sur internet
mardi 13 février 2007
3 commentaires

AU NOM DU PEZE

Alors que s'ouvre le procès de l'Erika, Total annonce des profits records. L'occasion pour les candidats de prendre position sur la défense de l'environnement et le juste partage des richesses.


Plus de 12 milliards d'euros. Le bénéfice de la compagnie pétrolière, historique pour l'industrie française, risque fort de prendre une dimension véritablement politique. Il n'a pas échappé pour l'heure aux associations de consommateurs et aux mouvements écologistes, et va certainement faire réagir les partis traditionnels, fraîchement signataires du pacte écologique de Nicolas Hulot. Ainsi, l'association UFC-Que choisir réclame une "taxe exceptionnelle sur les superprofits" des groupes pétroliers de un milliard d'euros par an pendant cinq ans. Par ailleurs, les partis verts exigent de Total plusieurs centaines de millions d'euros pour dédommager les victimes de la marée noire causée par le naufrage du navire L'Erika en 1999, alors que le procès vient de s'ouvrir.
Le 5e groupe pétrolier mondial nie pourtant toute responsabilité dans la catastrophe qui a souillé plus de 400 km de côtes, expliquant qu'en qualité de simple affréteur, il ne pouvait connaître les vices cachés du cargo. La candidate des Verts, Dominique Voynet, ministre française de l'Environnement à l'époque, très critiquée pour sa lenteur à réagir, s'est dite "très désireuse de voir Total s'expliquer enfin". José Bové estime de son côté que "l'affréteur doit aujourd'hui être civilement et pénalement responsable par rapport aux dégâts écologiques, économiques et aux atteintes à la santé humaine" pour les bénévoles nettoyant les plages. L'avocate des parties civiles et candidate de Cap 21 Corinne Lepage (Cap 21) plaide pour "le principe du pollueur-payeur". Enfin, la candidate socialiste Ségolène Royal a fait savoir qu'elle "suivait ce procès de près". Le Parti socialiste a d'ores et déjà publié un communiqué.
Par ailleurs, en pleine campagne présidentielle, alors que les deux principaux candidats espèrent se rallier l'électorat des catégories sociales défavorisées, Total va certainement essuyer une volée de critiques quant à l'utilisation de ses "superprofits". Le groupe compte en effet reverser plus du tiers de ses bénéfices à ses actionnaires.


EN PLUS

Soufflette

"Je sens un nouveau souffle se lever", assure Ségolène Royal à ses troupes rue de Solférino. Pourtant, au siège du parti, les élus socialistes sont loin d'être sereins. L'annonce, dimanche 11 février, à Villepinte, des 100 propositions a sans doute marqué le coup d'envoi de la campagne, mais elle n'a pas véritablement provoqué de revirements dans l'opinion. Selon un sondage BVA pour Le Figaro et LCI, plus des trois quarts des personnes interrogées n'ont pas changé d'opinion après le discours de la candidate socialiste et l'écart de points avec Nicolas Sarkozy n'évolue guère. Le président du groupe PS à l'Assemblée, Jean-Marc Ayrault, reconnait encore du "doute et un certain flou" dans la campagne, tandis que le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis reconnaît que "la cristallisation n'est pas encore définitive". Plus étonnant, les blogs de militants socialistes qui émettent des doutes sur le choix de la candidate sont vivement priés de changer de ton. Une enquête du quotidien Les Echos peut donner une première explication à cette difficulté de Ségolène Royal à redécoller dans les sondages. Interrogés sur le meilleur programme économique des candidats, les sondés donnent un léger avantage à Nicolas Sarkozy. Le parti mise donc sur un travail d'explication sur le terrain intensifié, et sur une meilleure organisation de l'équipe de campagne. Et par dessus-tout, il espère qu'enfin les bourdes politiques viennent...du camp adverse.

ILS ONT DIT

Populisme

Ségolène Royal a été ministre, députée, elle est présidente de région, et elle ne sait pas de quoi souffrent les gens? Mais on ne construit pas la France de l'avenir en faisant le tour des cafés du commerce, en réunissant deux cents à trois cents pékins dans un préau pour leur demander quels sont leurs problèmes ”, a ironisé Bernard Tapie, expert en démagogie , interrogé par le Monde sur la méthode des débats participatifs de la candidate socialiste.

Cuisine Electorale

Le soufflé du pacte présidentiel de Ségolène Royal est déjà retombé. C'est le retour aux années Jospin, aux idées les plus ringardes qui soient à gauche ”, a déclaré le porte-parole de Nicolas Sarkozy, Xavier Bertrand.

Alter Parano

Si je suis incarcéré pendant la campagne présidentielle, ce serait le signe très clair du pouvoir pour que je ne puisse pas faire la campagne ”, a dénoncé José Bové. Estimant par ailleurs que le programme de Ségolène Royal devait aller plus loin, le militant altermondialiste a ajouté : “ J'aurais presque envie de dire: "socialistes, encore un petit effort et vous serez à gauche" ”.

Stérilité

Son côté "je suis belle, regardez-moi, j'ai quatre enfants", ça bluffe quand on est caissière à Mammouth. Mais nous on a pas le droit de jouer cette carte-là ”, a persiflé la députée UMP Nadine Murano dans les colonnes du Nouvel Observateur. L'hebdomadaire avait demandé à 100 femmes d'exprimer leur opinion sur la candidate du PS.

Disneyworld

La Ségosphère, c'est un monde irréel, certes fait de douceur, mais un monde irréel où l'on imagine toujours que l'on peut dépenser plus en travaillant moins, où l'on partage les richesses avant qu'elles ne soient créées, où les réformes indispensables conduites dans toutes les grandes démocraties pourraient être évitées et où on n'en parle même pas ”, a analysé le président du groupe UMP à l'Assemblée, Bernard Accoyer.


ETONNANT, NON ?

Erreur de Frappe

Le directeur de cabinet de Ségolène Royal a indiqué que le texte sur l'Afrique, qui devait être publié demain dans Témoignage chrétien et dans lequel la candidate PS lance une violente attaque contre la politique africaine de Jacques Chirac avait été envoyé “ par erreur ” car “ Mme Royal s'est toujours gardée d'attaques personnelles au cours de cette campagne ”. Elle accusait notamment dans ce texte le Président d'avoir “ privilégié systématiquement les amitiés personnelles au détriment de l'intérêt général ”.

Panne de Karcher

Attendu hier par une association dans une cité de Nanterre, Nicolas Sarkozy ne s'est pas déplacé. “ Je n'ai pas l'intention de faire un numéro devant les caméras ”, a expliqué le ministre de l'Intérieur, qui avait déjà annulé un déplacement dans un quartier sensible d'Argenteuil. Aucun rapport avec une allergie aux huées ou autre forme d'impopularité qui passerait mal au JT de 20h, donc.

 

del.icio.us it! - Digg it! - Blogmark it! - Ajouter  mes favoris Technorati - Fuzz it! - Scoop it!

 

 

Hisaux
a dit à
mercredi 14 février 2007

Ce qui me gêne surtout, c'est que l'on fasse le procès de l'Erika et non pas des transporteurs maritime. Il devrait y avoir des lois internationales contre ces gros pollueurs (si elles existent, il faudrait qu'elles soient appliquées). Le nauffrage de l'Erika ne représente qu'une infime partie de la pollution maritime...

 

Eric
a dit à
mercredi 14 février 2007

Clairement... Comme à chaque fois qu'on "apprend" que dans le sillage d'un pétrolier échoué ou en perdition, d'autre paquebots en profitent pour dégazer peinards. J'y connais rien en transport maritime, et je ne sais pas si ca relève plus de la connerie ou de la cupidité. Mais que ce soit l'un ou l'autre, à un tel niveau, c'est en tout cas criminel.

 

Qui©he
a dit à
mercredi 14 février 2007

Cette marée noire à couté 5,6 millions d'euros au département Loire-Atlantique. Le micro-minimum serait que total rembourse au moins cette somme au conseil général local.