L'annuaire des séries télé visionnables en streaming sur internet
mercredi 31 janvier 2007
aucun commentaire

BOVE DANS LE CHAMP

Fort d'une pétition de 34 000 signatures l'enjoignant à incarner “l'alternative à gauche”, José Bové a officialisé aujourd'hui sa candidature à l'Elysée et décrété “l'insurrection électorale contre le libéralisme économique”. Rêvant de rassembler sur son nom tous les déçus de la gauche, le militant syndical détaille notamment dans Politis les trois thèmes phares qu'il entend développer pour sa campagne : le “vivre ensemble”, l’écologie et l’antilibéralisme. Mais la candidature de l'altermondialiste reste fragile : menacé de prison, il ne dispose seulement aujourd'hui que de 150 parrainages et peine encore à trouver des financements.

Sa campagne, “ encore un peu bricolée ” selon l'expression du Monde, commence néanmoins à s'organiser. Un premier meeting aux accents hip-hop est d'ores et déjà prévu le 7 février à Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône. Pour le quotidien Libération, la candidature “ d'Astérix ”, encore surnommé troisième B (avec Buffet et Besancenot), pourrait déstabiliser l'ensemble de la gauche, qui, tous candidats confondus, peine à dépasser les 40 % des voix au premier tour, selon les sondages d'intentions de vote de plusieurs instituts.
Pour l'heure, les réactions des partis sont assez fraîches... Serge Lépine, membre du conseil de campagne de Marie-George Buffet et syndicaliste paysan, a dénoncé une “ candidature de division ” d'un homme “ totalement coupé du monde agricole ” et qui “ ne défend pas les productions en crise ”. Par ailleurs, Jack Lang a déclaré que les socialistes n'étaient “ ni pour ni contre ” cette candidature. Interrogé sur le risque d'émiettement des voix à gauche, l'ancien ministre a estimé que “ le moment venu, le sursaut sera accompli pour que ceux qui veulent battre la droite regroupent leurs suffrages autour de Ségolène Royal.


** addendum : au moment où nous mettons en ligne, il vient d'être confirmé que José Bové est bien condamné à 4 mois de prison fermes. Les choses se compliquent donc encore un peu plus.


EN PLUS

Renseignements Particuliers

Une cellule des Renseignements généraux enquêterait sur les riverains du siège de campagne de Nicolas Sarkozy, rue d'Enghien, dans le Xe arrondissement à Paris, selon le Nouvel Observateur. Sous prétexte d'un “ recensement de sécurité ”, les habitants du quartier ont ainsi été contactés par une cellule des RG, puis soumis à un interrogatoire leur signifiant qu'ils habitaient un périmètre de haute sécurité et que tous leurs faits et gestes risquaient d’être surveillés. Cette enquête, que l'équipe de campagne du candidat a refusé de commenter, choque un grand nombre d'habitants du quartier, mobilisés pour certains dans le comité “ Rentre chez toi ! ”.
Une méthode digne des barbouzes ” a pour sa part commenté le socialiste Jack Lang, pour qui les “ comportements anti-républicains de monsieur Sarkozy préfigurent ce que pourrait être la mise en coupe réglée de l'Etat s'il accédait à de plus hautes responsabilités ”. Le porte-parole de l'UDF en appelle même de son côté à Jacques Chirac : “ il faut que le Président dise ce qu'il pense de cette situation. On ne peut rester dans cette confusion avec quelqu'un qui assume des responsabilités importantes et qui est en même temps candidat ”. Pressé de toutes parts de démissionner du gouvernement, Nicolas Sarkozy reste défendu par son fidèle lieutenant, François Fillon, qui rappelle sur son blog que Lionel Jospin, entre autres, a brigué la présidence tout en restant, jusqu'au bout, en fonctions.

Eléphantillages

Critiquée en interne pour son entêtement à écarter les “ éléphants ” du parti socialiste de sa campagne, Ségolène Royal, aujourd'hui en difficulté dans les sondages, revient discrètement sur sa stratégie politique. La candidate, qui entend continuer à cultiver son rapport direct avec le “ peuple ”, se retrouve ainsi confrontée, selon Libération à un “ cruel dilemme ” : se distinguer des barons du PS tout en briguant leur soutien. “ Rien n'est joué ” malgré les récentes études d'opinion, se rassure sur son blog Laurent Fabius, sommant entre les lignes Ségolène Royal de mettre la barre à gauche en se concentrant sur le “ social ”, et de défendre le programme “ tous ensemble ”. Message reçu, semble-t-il, puisque la candidate aurait convenu d'une réunion commune avec Laurent Fabius en Seine-maritime et pourrait inviter Lionel Jospin au meeting de Paris du 6 février.


ILS ONT DIT

Génétiquement Modifié

José Bové est “ un habile hybride entre le paysan traditionnel et le consumériste contemporain, partisan de la terre qui ne ment pas et internationaliste de conviction ”, “ un double de Walesa cloné par Coluche ”, analyse le conseiller économique Alain Minc, l'un des plus “ farouches contempteurs ” du leader altermondialiste, cité par Libération.

Sur Orbite

Je m'engage à ne jamais promettre la lune aux Français ni leur bourrer le mou ”, a indiqué le président de l'UDF, François Bayrou, au Journal du Dimanche, assurant par ailleurs ne pas se laisser griser par les sondages, qui le placent au troisième rang des intentions de vote, devant le leader frontiste.

Charabia

Ce que les Français veulent, c'est un Ben Hur sur son char, et pas ce nabot de Sarko qui passe son temps à inaugurer des usines de ricin ”, aurait confié à des journalistes le premier ministre, Dominique de Villepin, selon le Canard enchaîné. L'allusion “ scatologique ” -l'huile de ricin est un purgatif- reste obscure...

Coups de Nains

Le PS porte le débat électoral dans les coins, sous les portes, dans les endroits les plus humides de la République, où personne ne se grandit ”, a déclaré mercredi Dominique de Villepin à l'Assemblée nationale. Décidément, le Premier ministre voit des “ nabots ” partout...


ETONNANT, NON ?

Démocratie Variable

Le Front national s'émeut sur son site internet que l'institut de sondages BVA interroge des jeunes de moins de 18 ans sur leur intention de manifester en cas de présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle. “ C’est d’abord un devoir civique d’apprendre ce respect [du suffrage universel] aux mineurs, au lieu de les inciter à mépriser les règles démocratiques ”, peut-on lire. Parce que le droit à manifester n'est pas démocratique ?

Le Champ des Pactisans

Les signataires du pacte écologique de Nicolas Hulot ont tous honoré l'invitation de l'animateur de TF1, au sous-sol du musée des Arts premiers, quai Branly. En quinze minutes chacun, une dizaine de candidats, dont Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, François Bayrou, ou Dominique Voynet, ont ainsi renouvellé leurs promesses environnementales. L'organisateur de l'évènement s'est félicité que tous aient "sérieusement travaillé".

 

del.icio.us it! - Digg it! - Blogmark it! - Ajouter  mes favoris Technorati - Fuzz it! - Scoop it!